De l’importance d’aider les ados à poser des mots sur leurs émotions pour les protéger de la dépression

La verbalisation émotionnelle précise est bénéfique au bien-être et permet notamment de se protéger de la dépression dans le cas des adolescents.

C’est ce qu’a démontré une récente étude de l’université de Rochester menée auprès de 233 adolescents de 16 ans de moyenne d’âge.

La conclusion est la suivante :

“Les adolescents capables de décrire leurs émotions désagréables de manière précise et nuancée seraient mieux protégés contre la dépression.”

De manière précise signifie de détailler la phrase “je me sens mal”, trop générale bien que cela soit une première approche , pour approfondir ce ressenti.

Exemples :

“Je me sens/je ressens [citer l’émotion]”

“Je ressens de la frustration” “J’ai honte” “Je ressens de la colère”

Ceci s’expliquant par le fait que les adolescents agiraient en écoutant le message de leurs émotions pour satisfaire leurs besoins et s’auto-réguler une fois la prise de conscience de leurs états intérieurs établie. L’émotion les mettrait en action de façon efficace, alimentant leur confiance en eux et repoussant leur sentiment d’impuissance.

Pour aider à différencier les émotions désagréables (et agréables), voici un tableau extrait du livre “comme cultiver l’intelligence émotionnelle” :

Nous, parents et enseignants, pouvons faciliter cette expression émotionnelle en écoutant les ressentis de nos ados avec empathie.

“Qu’est-ce que tu ressens ?”

 

Source : Université de Rochester

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.