Scolarité : comment aider un ado à trouver sa propre motivation ?

Traitez les gens comme s’ils étaient ce qu’ils devrait être, et vous les aiderez ainsi à devenir ce qu’ils peuvent être.
Johann Wolfgang von Goethe

La citation ci-dessus illustre l’effet Pygmalion évoqué dans la vidéo que nous vous présentons aujourd’hui.

Il est essentiel de relativiser et de lâcher prise afin que la pression ne bloque pas les capacités des adolescents et que le conflit ne devienne le seul mode de communication. Bien souvent, nous projetons sur nos enfants nos propres craintes, nos croyances limitantes, nos préjugés sur l’échec, la réussite, la vie…

Rappelons-nous que quoi qu’il se passe, rien n’est inéluctable. Les échecs sont des étapes du succès. Ils permettent d’ajuster les questions que nous nous posons, de se nourrir des enseignements qu’ils portent, d’apprendre à réparer et à mieux faire. La peur de l’échec en revanche, est un frein à l’épanouissement puisqu’elle empêche de prendre des initiatives, de progresser et elle bride ainsi le développement des talents tout en dégradant l’estime de soi.

Alors, encourageons, ayons confiance, guidons avec optimisme, aimons, tenons-nous en aux faits sans juger. C’est la clé de l’épanouissement et de la réussite.

Source : http://nomadity.be/site/web-tv/

 

Focus sur l’effet Pygmalion

Ce que vos parents et vos enseignants ont pensé de vous a peut-être influencé une grande partie de votre vie. C’est ce que l’on appelle l’effet Pygmalion.

Isabelle Filliozat le définit ainsi dans son livre « fais-toi confiance » :

« C’est la tendance à se conformer inconsciemment à l’image que l’autre a de nous. »

 

Et par l’autre, comprenez toutes les personnes qui ont gravité et qui gravite autour de nous : professeurs, parents, patrons…

Si un enseignant croit un élève intelligent, celui-ci brillera.

A l’inverse, si un enfant est considéré comme un cancre, il se comportera ainsi.

Et ce, de manière totalement inconsciente. Ceci est valable aussi pour les « croyances populaires ». Ainsi, la société véhicula (et véhicule encore) des idées telles que « les femmes sont inférieures aux hommes, elles sont moins intelligentes. » Et les femmes se conforment donc à ces attentes…

Et c’est ainsi que des filles abandonnent des filières scientifiques, ou encore que Ludovic, pourtant excellent joueur de tennis, ne parvient pas à remporter de tournois car il s’interdit de dépasser son père qui le terrorise.

 

Les phrases clé à dire à votre ado :

« Je crois en toi. »

« Je t’aime parce que tu es toi. »

« J’ai confiance en ta capacité à trouver des solutions. »

« J’ai remarqué tes efforts. »

« Tu n’as pas réussi pour le moment. C’est une question de temps. »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *