Les boites à dialogue : un outil pour mieux communiquer en famille

Il arrive, sous le coup d’une forte émotion comme la colère, que nos mots blessent ceux avec qui nous vivons. Cela peut être lorsqu’un conjoint nous contredit ou qu’un ado est rentré avec 30 minutes de retard sans avertir.

Il existe un moyen de tempérer ces émotions et de communiquer avec plus de bienveillance (tout en restant ferme si nécessaire) : écrire.

Je ne parle pas d’écrire un SMS (laissons les portables de côté) mais de prendre réellement un stylo pour rédiger un message puis de le poster dans une boite prévue à cet effet . La boite en question est une « Boite à Dialogue » créée et personnalisée par chacun (certaines boites de mouchoirs cubiques font très bien l’affaire). Chaque membre de la maison en a une et il est même possible d’en avoir une collective pour les suggestions d’idées d’amélioration pour mieux vivre ensemble.

Ces boites accueillent des messages :

  • d’excuse
  • d’affection
  • de gratitude
  • de remarque
  • de proposition de dialogue en direct ou de sortie pour réparer les liens
  • de propositions de solutions ou de choix pour résoudre les problèmes
  • des dessins si on préfère communiquer ainsi

 

Écrire permet de prendre de la distance face à nos états intérieurs et de retrouver après quelques lignes notre calme et nos capacités de réflexion et d’empathie.

Pour le contenu des messages, il est intéressant d’essayer de suivre un modèle inspiré de la Communication Non Violente :

  1. Quand j’ai vu/entendu [Décrire ce qui s’est passé]
  2. J’ai ressenti [Citer l’émotion], c’est pourquoi j’ai réagi ainsi
  3. J’aimerais que [décrire une solution qui réponde à un besoin identifié]

Je suis à ta disposition pour discuter de cela avec toi.

Signature :

 

Ou encore, remplacer l’étape 3 par un « Merci » si la situation évoquée est réjouissante (comme quand on reçoit de l’aide ou des encouragements).

Le message peut être aussi une confidence ou une demande d’écoute sans jugement sur un problème connu uniquement de la personne qui écrit.

Afin d’éviter d’écrire sous le coup de la colère, je suggère d’auto-mesurer préalablement le niveau de stress et d’énervement. Si celui-ci est trop élevé, respirer en fermant les yeux ou sortez prendre l’air.

 

Une fois le message rédigé, il sera posté dans la boite du destinataire qui en prendra connaissance et répondra « à froid » soit par écrit, soit en direct, selon les souhaits de chacun.

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.