La double roue de la vie : un outil pour se motiver, persévérer et comprendre qu’il n’y a pas de réussite sans échec

heureux-a-lecoleDans son livre « Heureux à l’école », Nathalie de Boigrollier présente un excellent outil qui aidera les enfants à comprendre que les échecs et les réussites sont liés, que l’un ne va pas sans l’autre et qu’on est acteur du changement grâce à la persévérance et l’optimisme : la double roue de la vie.

La voici :

la-double-roue-de-la-vie

J’aime cette roue car elle permet de visualiser comment faire tourner la roue de la réussite après un échec :

  1. accepter l’échec
  2. exprimer son émotion et prendre conscience de la baisse de motivation  temporaire
  3. se recentrer, prendre soin de soi (par des affirmations, en s’encourageant, en s’amusant)
  4. réessayer en visualisant l’objectif que l’on veut atteindre (et peut-être en testant un autre chemin/une autre méthode)
  5. réussir

Les parents peuvent faciliter le passage d’une roue à l’autre de différentes façons :

  • en exprimant leur confiance (« je crois en toi »)
  • en rassurant sur le caractère éphémère de l’échec (« tu n’y es pas encore arrivé, ce n’est qu’une question de temps »)
  • en rappelant et aidant à clarifier l’objectif (« peux-tu me décrire ce que tu veux faire ? » « as-tu une vision claire de ce que tu cibles ? »)
  • en décrivant les réussites passées de l’enfant (« tu te souviens lorsque tu as réussi à résoudre ce problème sur lequel tu travaillais depuis des jours ? « )
  • en donnant des preuves d’amour inconditionnel (« je t’aime parce que tu es toi »)
  • en suggérant de solliciter des aides extérieures ou d’acquérir de nouvelles compétences nécessaires à la réussite (« de quoi as-tu besoin pour réussir ? » « Et si on allait à la bibliothèque ? » « Je crois que ton oncle peut t’aider sur ce sujet. »)
  • en précisant que l’enfant peut utiliser son stress en le transformant en énergie pour agir (« le stress est ton allié »)
  • en passant ce message (« amuse-toi avant tout »)
  • en aidant l’enfant à lâcher-prise et à faire confiance à son inconscient (« si on sortait et on laissait faire ton inconscient ? je trouve souvent des réponses à mes questions en n’y pensant plus directement et me consacrant à une activité divertissante. Tu veux essayer ? « )

Le tout, sans juger ni reprocher, ni étiqueter afin d’éviter tout stress superflu.

 

« Heureux à l’école », Nathalie de Boigrollier est disponible sur amazon.fr

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *