Une histoire à discuter à propos de la violence (philosophie)

Je partage avec vous un texte issu du livre « les grands sages parlent aux petits sages » de Sophie Boizard et Laurent Audouin.

Sa lecture sera l’occasion de discuter avec les adolescents de l’origine de la violence et de la façon de la réguler du point de vue philosophique et pratique.

Les adultes, eux, trouveront matière à considérer différemment l’efficacité des punitions qui s’attaquent aux symptômes et non à la cause principale de la violence.

Enfin, nous comprendrons que nous devons d’abord cultiver la paix en nous pour la diffuser ensuite dans le monde.

 

« Le collège des Trois-Collines est en émoi. Il y a une semaine, Aurélien Toupie, un élève de troisième, a menacé avec un couteau le principal qui voulait l’exclure définitivement de l’établissement.

Après une journée de fermeture, le collège a rouvert ses portes. Le contrôle des sacs a été renforcé. Au niveau du portail, des surveillants inspectent les cartables afin qu’aucune arme n’entre dans l’établissement. 

Léo et Joséphine se plient à cette nouvelle règle et ouvrent leurs sacs à dos.

Quelques jours plus tard, un nouvel incident montre combien l’efficacité de cette mesure est limitée. C’est une élève de quatrième cette fois, Laura Kemper, qui a giflé un professeur qui lui demandait d’éteindre son portable en classe. Joséphine la connait assez bien, elles font partie du même club de peinture. »

 

Voici les pistes de réflexions :

« Il ne suffit pas d’interdire les armes ou de renforcer la sécurité pour établir un climat de paix. Il faut aussi essayer d’éliminer du coeur des Hommes toute forme de violence, de haine, de colère, de peur, d’envie, de jalousie, de frustration. Si notre coeur est violent, notre comportement l’est aussi.

Que s’est-il passé dans la tête d’Aurélien et de Laura lorsqu’ils ont commis l’agression ? Pourquoi leur coeur est-il en colère ? Qu’est-ce qui les tourmente ?
C’est en les aidant à se défaire de leurs sentiments négatifs qu’ils deviendront peut-être moins violents.

 

Deux citations à méditer

« La paix et la guerre commence à la maison. » disait Mère Teresa.

« La paix et la guerre commencent dans notre propre coeur » selon le Dalaï-Lama.

 

 

Source : « Les grands sages parlent aux petits sages » de Sophie Boizard et Laurent Audouin.  disponible sur Cultura.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.