10 techniques et stratégies d’apprentissage gagnantes !

Les stratégies d’apprentissage sont les processus mis en place afin d’intégrer, comprendre et restituer des connaissances. Plusieurs travaux * ont tenté d’analyser ces stratégies d’apprentissage mises en place spontanément par les élèves ou enseignées à l’école et ce,afin d’en évaluer l’efficacité, et quelles sont celles, qui, bien qu’ancrées dans la pensée collective, ne sont pas pertinentes ou peu rentables.

Quels enseignements tirer des travaux des sciences de l’éducation et des neurosciences pour réviser efficacement ?

books-927394_1920

Avant toute chose, il faut avoir en tête que chaque individu est unique :
• au vu de ses outils intellectuels (nous ne sommes pas tous attentifs de la même manière, nous n’avons pas tous les mêmes compétences en lecture…),
• au vu de son histoire,
• au vu de son environnement.
Aussi, chaque élève a des besoins différents pour apprendre efficacement et sereinement ce qui implique des stratégies d’apprentissages différentes, personnalisées. Egalement, les stratégies efficaces d’apprentissage diffèrent en fonction des matières ou exercices à réviser.
Afin de repérer quels sont ses besoins et quelles stratégies d’apprentissage peuvent être adaptées pour chaque élève, il est nécessaire d’en passer par un travail de métacognition (capacité d’interroger son mode de fonctionnement dans les apprentissages). Il est regrettable que ce travail ne soit pas plus enseigné à l’école. En effet, pour la plupart des élèves, réviser équivaut à s’astreindre à appliquer à la lettre ce qui fait révision dans la pensée collective : réviser, c’est être assis à son bureau, sans bouger, des heures durant, jusqu’à ce que le travail soit terminé. Réviser, c’est « relis ton cours »! Réviser, c’est « fait des exercices pour t’entrainer ».
Signe que ces injonctions ne sont pas toujours pertinentes et efficaces : nous avons tous tenté de faire et refaire des exercices ou de lire et relire un cours sans que cela permette pour autant de dépasser une difficulté ou de bien mémoriser.
Et cela pour plusieurs raisons :
• car ces méthodes ne conviennent pas à tous,
• car relire ou faire un exercice est un but en soi : des stratégies d’apprentissage sont nécessaires pour que la relecture ou la répétition d’exercices soit efficace.

Je suis souvent désolée de rencontrer des élèves qui ont spontanément mis en place des stratégies d’apprentissage qui leur correspondent (réviser debout ou en marchant, dessiner son cours afin de le retenir…) et qui ont lutté pour se défaire d’un fonctionnement qui leur était naturel, afin d’appliquer à la lettre les attentes des adultes.

Car malheureusement, bien que les enfants / élèves soient en mesure de mettre en place intuitivement des stratégies qui leurs correspondent, les capacités métacognitives (prendre conscience de son mode de fonctionnement dans les apprentissages) se développent tardivement. L’élève, faute de pouvoir lui même évaluer ses stratégies, s’en remet à l’adulte qu’il prend comme guide et référence et tente d’exécuter ce que l’adulte lui recommande.
Aussi, pour permettre à l’élève de repérer quelle stratégie d’apprentissage lui convient, un accompagnement à la réflexion métacognitive est nécessaire au préalable.

Ainsi, la première étape est de se poser les questions suivantes :
• quel est l’objectif d’un travail : apprendre par coeur? comprendre? synthétiser? développer ses idées? ….
• observer ce que l’élève met spontanément en place : il gigote pendant qu’il travaille ou il révise debout; il dessine ses leçons; il lit à voix haute; il travaille avec des amis….. L’observation est précieuse pour repérer quelques stratégies d’apprentissage mises en place spontanément par l’élève.
• pour chaque stratégie ci-dessous : les tester à plusieurs reprises puis s’auto-évaluer ou demander l’aide d’un proche pour évaluer si cette stratégie est efficace :
• est-ce que la stratégie utilisée a aidé l’élève à apprendre?
• est-ce que la stratégie utilisée est rentable? (certaines stratégies fonctionnent mais à quel prix et avec quelles contraintes! Si la stratégie est trop chronophage, même si elle est efficace, il ne faudra peut- être pas la retenir).

Voici le top 10 des stratégies qui fonctionnent

1. Définir ses objectifs

• Pourquoi j’apprends cette leçon ? Pour le plaisir (pas toujours!), pour avoir une bonne note (dans la majorité des cas).
• Que va-t-on attendre de moi au contrôle : que je restitue des connaissances précises (mémorisation : histoire, géographie par exemple), que je développe mes idées (philosophie, français), que j’applique et que j’explicite un raisonnement logique (mathématiques, sciences).

2. S’engager activement

Bannir la lecture passive : nombreux élèves pensent que réviser équivaut à lire et relire inlassablement un cours. Mais cela devient si lassant que l’élève se met à divaguer dans ses pensées, ou désinvestit la tâche en raison de son caractère pénible et frustrant.
Pour s’engager activement : quelques exemples :
• Relire APRÈS avoir tenté de restituer soi même le plus de connaissances relatives au cours. Par exemple, ne pas hésiter à se lever, se mettre dans la peau d’un enseignant et essayer de refaire le cours à voix haute, comme si vous aviez un parterre d’élèves attentifs en face de vous. Pour ceux qui préfèrent rester assis, prendre une feuille blanche et restituer par écrit le plus d’éléments possibles!
• Encore mieux, tout comme fait l’enseignant en classe, commencer par restituer les grandes parties du cours avant de rentrer dans les détails.
• UNIQUEMENT APRES avoir fait cet exercice de restitution des connaissances, relire le cours et NOTEZ les erreurs ou oublis.
• Imagerie mentale : se mettre dans la peau d’un réalisateur de film et mentaliser (mettre en image) dans sa tête les éléments à apprendre par coeur. Tout en mentalisant le cours, raconter à voix haute le « film » que vous avez réalisé dans votre tête.

3. Feedback (ou évaluation)

Prenez le temps, quand vous restituez vos connaissances ou faites un exercice de noter ou d’avoir une attention toute particulière à vos erreurs! Prendre conscience de ses erreurs permet d’apprendre la réponse juste!

4. Répétition

• Malheureusement, l’excitation ressentie lorsque vous connaissez un cours parfaitement retombe rapidement quand vous vous testez à nouveau sur le même sujet 15 jours après. « Malheureusement », nous ne sommes pas (encore) des ordinateurs et le cerveau oublie, au fur à mesure, ce qu’il lui semble peu important. Et encore plus malheureusement, le cerveau ne perçoit pas toujours que pour vous en ce moment, c’est TRÈS important de connaitre tous les mouvements artistiques depuis le 18 ème siècle! ou le cycle de reproduction de tel insecte!
• Pour cela, une technique imparable : la répétition! Revoir régulièrement ses cours et refaire régulièrement des exercices.
• Pour vous aider, vous pouvez utiliser les flash-cards : existe en format application mobile ou format papier DIY : découper une feuille en 8. Sur chaque carte : écrivez la question sur le verso et la réponse au recto (quelle est la date de la révolution française ? —-> 1789). Cela fonctionne très bien pour mémoriser les dates, les faits, le vocabulaire d’une langue étrangère etc….
• Se déplacer avec ses flash-cards ou application et se tester régulièrement dans les transports, avec des amis (au risque de les perdre! ou pas car il est aussi sympathique de réviser à plusieurs) …
• Quand à plusieurs reprises, vous avez répondu juste à une carte, la ranger dans le tas « cartes apprises ».

5. Vaincre la procrastination : et pourquoi pas faire ça plus tard ? demain ? après demain? jamais ?

• Se débarrasser des tentations : en cette période de révision, le diable existe! Il s’incarne dans les téléphones portables, les consoles de jeu, les innombrables objets sur le bureau, les photos sur le mur ….en bref, tous ces objets qui sollicitent l’intérêt et l’attention. Il est évident que Pythagore a moins d’arguments attrayants que World of Warcraft, votre copine sur Snapchat ou que Jean-Paul de plus belle la vie … quoi que.
• Donc soyez bienveillants avec vous-même, fixez des plages horaires de travail dans la journée, lors desquelles vous éteignez TOUS les distracteurs. Vous pouvez également les remettre à vos parents pour qu’ils vous aident à résister à la tentation!
• Utiliser la technique du pomodoro : décomposer le cours en plusieurs parties. Prévoir des séances courtes (de 30 minutes) pour chaque sous partie avec 5 minutes de pause entre chaque séance de 30 minutes. PAS d’écrans, jeux vidéos, portables pendant la pause car il est ensuite très difficile de lâcher son jeux pour se remettre au travail!

6. Renforcer son orthographe

• Malheureusement, les fautes d’orthographe peuvent coûter cher lors des examens!! Pour ceux dont la zone de reconnaissance des mots (si si, elle existe), dans le cerveau est peu performante, vous pouvez vous aider de moyens mnémotechniques ou d’illustrations pour retenir l’orthographe. En effet, cette zone prend en photo les mots et permet de mémoriser leur orthographe. Lorsqu’elle est peu performante, le doute s’immisce souvent à l’écrit : « nourrir ou nourir » ? « parralèle ou parallèle », « exercise ou exercice »? ….
• MAIS bonne nouvelle, vous pouvez compenser en utilisant d’autres fonctions intellectuelles : par exemple, les moyens mnémotechniques : « on se nouRRit plusieurs fois mais on ne meuRt qu’une fois »…. Et autre bonne nouvelle, vous n’êtes pas seul et d’autres élèves ou adultes ayant connu ces difficultés ont inventé plein de moyens mnémotechniques pour l’orthographe (que vous trouverez facilement sur le web).
• Egalement, s’aider d’image peut aider : voir les dictionnaires visuo-sémantiques en ligne.

7. Travailler en groupe

• Bien que les séances de travail en individuel soient indispensables, travailler en groupe a également du bon. En effet, cela permet de se sentir moins seul et de partager ses angoisses, son découragement, ses coups de blues puis de se réconforter et de se remotiver à plusieurs.
• Egalement, cela vous permet de demander de l’aide à votre amis si vous ne comprenez pas un cours.
• Dernièrement, si vos amis sont moins bons que vous, c’est également intéressant car vous pourrez occuper
le rôle de l’enseignant en leur ré-expliquant le cours, ce qui est EXCELLENT pour mémoriser car cela sollicite l’engagement actif!

8. Dormir !

• Lors du sommeil, sans même faire le moindre effort, votre cerveau travaille! Et plus spécifiquement, il renforce les connexions entre les neurones qui ont « appris » les connaissances révisées dans la journée. Cela permet de renforcer la mémorisation des connaissances.
• En revanche, le manque de sommeil empêche ce processus ce qui rend la mémorisation superficielle et instable. Alors dormez et faites des siestes! (plusieurs études montrent que les connaissances apprises dans l’heure qui précèdent une sieste ou l’endormissement sont mieux mémorisées).

9. Manger…bien sûr, mais quoi ?

• Gardez les cochonneries pour les vacances! D’ici le bac, ayez un régime équilibré, et particulièrement riche en fer, magnésium et oméga 3 et 6 : donc foie de veau et morue à chaque repas! Heureusement, il existe d’autres aliments riches en ces éléments. Plusieurs études, bien que controversées montrent l’impact positif du magnésium, des oméga 3 et 6, et du fer sur l’attention / concentration. Dans le bénéfice du doute, essayez d’avoir un régime riche en ces éléments.

10. Vous détendre !

• Accordez-vous quelques pauses dans la semaine pour voir des amis, regarder une série…. Pas questions d’arriver le jour J sur les rotules et pétris d’angoisses! En effet, le stress peut être bénéfique lorsqu’il est moteur et qu’il pousse à se dépasser.
• Mais lorsqu’il devient envahissant, l’attention est mobilisée sur le facteur de stress (l’angoisse d’échouer) et ne peut être mobilisée sur la tache en cours. Résultat, vous êtes ULTRA attentif à votre angoisse et à la crainte d’échouer mais vous n’êtes plus en mesure de restituer vos connaissances.
• Un bon plan pour lutter contre le stress : le sport! Qui de plus, a un effet positif sur les apprentissages et sur la mémoire et l’attention plus spécifiquement.
• Autre solution, la méditation en pleine conscience.

 

Article rédigé par Camille Benoit, fondatrice de psyadom.com.
Pour accompagner les élèves dans leurs révisions : psyadom.com : soutien scolaire psychopédagogique à domicile : www.psyadom.com.

Outils en ligne+applications smartphone :

Dictionnaire visuo-sémantique : http://www.gre10.ch/orthographe-dessine/
Flash cards : applications : brain scape, flashcards (app iOS), flash cards (app Android) cram.com
Technique Pomodoro : applications : be focused pro (App iOS), focus booster, pomodoro one (App iOS), pomotodo (App Android).

*Pour aller plus loin :
La mémoire de travail : http://www.psyadom.com/la-memoire-de-travail/
Gestion du stress et méditation chez les élèves : http://www.psyadom.com/la-meditation-en-pleine- conscience-pour-les-eleves/
Bouger pour mieux apprendre : http://www.psyadom.com/bouger-pour-mieux-apprendre/

Sommeil et apprentissage : http://www.psyadom.com/sommeil-et-apprentissages-a-ladolescence/
Dunlosky et al, 2013. Improving Students’ Learning With Effective Learning Techniques: Promising Directions From Cognitive and Educational Psychology. www.acelf.ca.
Sauvé et al., 2016, Quelles sont les stratégies d’apprentissage que les étudiants universitaires ayant un ou des troubles d’apprentissage ou un déficit d’attention doivent apprendre à utiliser?
Stothart CR, Simons DJ, Boot WR, Kramer AF (2014) Is the Effect of Aerobic Exercise on Cognition a Placebo Effect? Pen state U (sport et mémoire).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *