Sciences : une nouvelle raison d’oublier les réseaux sociaux et de communiquer dans la vraie vie

De nombreuses études ont prouvé que la conversation est excellente pour le cerveau. Attention, nous évoquons ici la conversation « en tête à tête » et non via Facebook, Hang Out, Twitter, etc.

Les interactions sociales dans le réel (In Real Life) stimulent en effet nos circuits neuronaux  selon le neuroscientifique Gary Small.

Une étude réalisée en 2008 a montré que les sujets qui bavardaient pendant 10 minutes avec des amis avant de faire un test obtenaient de meilleurs scores que ceux qui avaient passé les dix minutes à regarder la TV, à lire un livre (étonnant ! ), ou à se prêter à des « activités intellectuelles » ( dans le cas de l’étude, résoudre des énigmes simples).

Parallèlement, d’autres études ont révélé que la conversation sur Internet (par chat) était associée à divers symptômes tels que le sentiment de solitude, la confusion, l’anxiété, la dépression, la fatigue et l’addiction.

Gary Small s’exprime ainsi  à ce sujet : « L’anonymat et l’isolement qu’impliquent les communications en ligne privent la personne du retour d’informations qu’apportent les interactions humaines directes. »

 

 

Source : Pause : Comment trois ados hyperconnectés et leur mère (qui dormait avec son smartphone) ont survécu à six mois sans le moindre média électronique.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.