Plaisirs et addictions chez les adolescents

La sensation de plaisir, qu’elle provienne d’un carré de chocolat, d’une séance de sport ou d’une herbe choisie est le résultat d’interactions chimiques. Le circuit cérébral de la récompense s’active et libère de la dopamine. Alors, la sensation de plaisir en découle. Il est logique de chercher à retrouver ce circuit du plaisir mais la frontière entre bien-être et dépendance est vite franchie. A long terme, les drogues dérèglent certaines parties du cerveau liées aux émotions et à la mémoire. Plus sensibles, les neurones des adolescents peuvent être durement touchés par la toxicité de certaines substances. Entretien avec Michaël Naassila, professeur de physiologie et directeur de l’équipe Inserm ERI 24  » Groupe de Recherche sur l’Alcool & les Pharmacodépendances (GRAP)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *