Mon ado se ronge les ongles : comment l’aider ?

L’onychophagie est le fait de se ronger les ongles. Elle peut intervenir à tout âge et une recrudescence n’est pas rare à la puberté nous explique Stéphane Clerget dans son livre « Le guide de l’ado à l’usage des parents ».

Les causes de ce réflexe sont diverses :

  • il fait suite à une succion du pouce qui s’est poursuivie jusqu’à la puberté
  • il provient d’une anxiété mal maitrisée, d’un manque de confiance en soi,…
  • il est issu d’un débordement émotionnel
  • il dénote d’une agressivité contre soi
  • il est lié à une oralité débridée (la même qui pousse à fumer)
  • il provient de l’imitation d’un ou des parents (ou d’un pair)

 

Comment aider un ado à stopper cette habitude ?

Afin d’aider l’adolescence à cesser peu à peu de se ronger les ongles, il est nécessaire de traiter les causes principales.

Pour l’anxiété, il s’agira de fournir des techniques pour l’apaiser (méditation, sophrologie, sport, hand spinner, art-thérapie, roue des choix,…).

Pour le débordement émotionnel, l’idéal est d’apprendre à son ado à verbaliser ce qu’il ressent. Cela consiste à pratiquer une écoute empathique dénuée de jugement ou de reproche.

Pour le manque de confiance en soi, le parent peut offrir des phrases clés pour renforcer cette confiance (voir cet article), utiliser une roue des choix, l’hypnose ou rappeler à l’adolescent les succès à son actif en les racontant ou lui montrant des photos (« te souviens-tu quand tu as réussi ceci ? »).

Pour l’agressivité contre-soi, le travail a engager revient à faire naitre l’auto-compassion et la bienveillance envers soi. Suggérez à l’adolescent de se traiter comme s’il était son meilleur ami.

 

Source : « Le guide de l’ado à l’usage des parents » de Stéphane Clerget

 

Ressources supplémentaires :

L’hypnose

 

La P.N.L. (programmation  neuro linguistique) (via)

La technique du « Swish » en 4 étapes + test

Nous allons exposer cette technique pour nous débarrasser de la manie de se ronger les ongles. Vous pourrez ensuite l’utiliser dans n’importe quelle situation.

 

1) Identifier le contexte :

Vous souhaitez changer un comportement que vous avez de manière inconsciente ? Commencez par faire un arrêt sur image. Par exemple, visualisez ce moment où vous portez vos mains à votre bouche pour vous ronger les ongles.

 

2) Identifier l’image déclenchante :

Juste avant de vous ronger les ongles, quelle image traverse votre esprit ? Reproduisez le mouvement en vous arrêtant avant de vous ronger les ongles pour le savoir. Voilà. Comme c’est l’élément déclencheur d’une réaction que vous n’aimez pas, vous devriez l’avoir associé à un sentiment déplaisant.

Comme le précise Richard Bandler, au plus c’est désagréable au mieux c’est.

 

3) Créer l’image d’un état désiré :

Vous allez maintenant créer une seconde image. Celle-ci est celle correspondant à votre état désiré. Imaginez en détail vos mains avec des ongles non rongés et vous, souriant par exemple. C’est bien ce que vous souhaitez ?

Cette visualisation doit vous combler. Vous devez ressentir un véritable plaisir en l’élaborant. Si vous ne ressentez pas grand chose pour cette image, changez-en jusqu’à obtenir le reflet exact de votre désir profond.

Je me répète mais c’est primordial : vous devez ressentir du plaisir.

 

4) Le swish :

On va maintenant swisher.

Débutez en vous imaginant l’image déclenchante (point 2). Elle doit occuper toute votre imagination : elle est grande et lumineuse. C’est important. Ensuite, placez l’image de l’état désiré en haut à droite de l’image déclenchante. Réduisez sa taille afin qu’elle soit très petite et assombrissez-la.

Puis agrandissez brusquement cette petite image et rendez-la de plus en plus lumineuse. Faites ceci jusqu’à ce que cette image désirée recouvre totalement l’image déclenchante qui elle, rapetissera et deviendra plus sombre. Faites tout ceci aussi rapidement que ce que vous prononcez « Swish ».

 

Enfin, visualisez un écran blanc ou ouvrez les yeux.

Recommencez ce swish 5 fois au total.

N’oubliez pas de visualiser l’écran blanc à la fin de chaque swish.

 

5) Test :

Visualisez la première image.

Que se passe-t-il ?

Si le swish a fonctionné, vous ne parviendrez pas à la visualiser. L’image aura tendance à trembloter et à s’évanouir pour être remplacée par la seconde image correspondant à l’état désiré.

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *