Des livres pour diminuer l’agressivité des enfants et des adolescents

Je crois aux vertus des livres et des histoires pour développer l’empathie et les compétences sociales des enfants et adolescents. Ils ont le mérite d’offrir un véritable entrainement à se mettre à la place d’autrui et permettent d’apprendre à poser des mots sur nos propres émotions. C’est essentiel pour faire grandir la bienveillance envers soi et l’offrir aux autres.

Cette conviction personnelle a été confortée par la lecture de la page 137 du livre de Catherine Gueguen « Heureux d’apprendre à l’école ». Il y est question de l’agressivité d’élèves de 10/12 ans et de l’apport de la bibliothérapie, testée en direct par la chercheuse Zipora Shechtman, de la faculté de Haïfa. Son travail porte spécifiquement sur les causes et les traitements des difficultés émotionnelles, sociales des adultes et des enfants.

Une de ses études datant de 2016 menée auprès de 44 enseignants formés à la bibliothérapie a donné des résultats prometteurs sur les 165 élèves suivis.

 

« L’agressivité est généralement définie comme l’intention de blesser les autres physiquement ou psychologiquement. Cette agressivité est de plus en plus fréquente dans les écoles, elle est verbale, physique et /ou elle utilise l’internet. De multiples facteurs sont à l’origine de cette agressivité : facteurs sociaux, familiaux, culturels, psychologiques, neurologiques.

Ces enfants utilisent l’agression en pensant que le pouvoir, la domination de l’autre est un avantage. En fait, les conséquences de leurs actes sont très souvent négatives et ces enfants souffrent d’anxiété, de colère, d’un sentiment d’impuissance , de solitude, d’une très grande difficulté à exprimer leurs sentiments et, par là même, ils présentent une grande résistance à changer de comportement. Ils souffrent souvent d’un déficit d’expression verbale, et ont beaucoup de difficultés à parler de leurs besoins. Le déni de leurs émotions est considéré par beaucoup comme une stratégie de survie les aidant à surmonter les circonstances difficiles de leur vie, leur stress et leurs échecs. 

Ces enfants présentent un déficit d’empathie pour la souffrance d’autrui. Comme ils sont déconnectés de leurs propres sentiments, ils ne peuvent pas l’être pour ceux des autres.[…]

Ils approuvent le pouvoir. Comme ils ont subi dans leur vie beaucoup d’humiliations et de désespoir venant de personnes importantes pour eux, il leur est impossible de faire confiance à des étrangers et ils pensent, que lors d’un conflit, la seule option est l’attaque. C’est une réaction spontanée, impulsive, reproduisant ce qu’ils ont vécu : des conditions de socialisation souvent médiocres et des attachements insécurisés. » Zipora Shechtman

 

Pour aider les enfants qui font preuve d’agressivité, les méthodes qui s’appuient sur les histoires contées dans les livres ou dans les films s’avèrent efficaces car cette approche indirecte inhibe les réflexes de défense et favorise la verbalisation émotionnelle (puisque les émotions concernent des personnages fictifs auxquels il est possible de s’identifier).

Les histoires utilisées comportent 4 composantes :

  • de la colère et son expression
  • une adhésion du personnage au pouvoir
  • de l’empathie pour la souffrance des autres
  • de l’autorégulation

Les livres sont donc des supports de choix pour développer l’empathie et diminuer l’agressivité.

Dans dans le cadre scolaire, il a aussi été démontré que ce travail sur l’empathie devait être mené d’abord par l’enseignant : l’empathie de l’enseignant et l’écoute non-jugeante qu’il peut offrir aux élèves est un facteur déterminant pour la réussite de la transformation.

 

Source :

« Heureux d’apprendre à l’école »de Catherine Gueguen est disponible sur :

 

 

EnregistrerEnregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.